3. Les modalités d’organisation du parcours de la deuxième étape de l’enseignement obligatoire en cinq ans et du parcours du premier degré du secondaire en trois ans.

a.      2ème étape de l’enseignement obligatoire en cinq ans

Afin d’aider les élèves à acquérir la maîtrise de la matière et des compétences, toutes les techniques dont dispose l’école sont mises en œuvre.
Les élèves qui ne réussissent pas les épreuves du C.E.B. doivent refaire une 6ème primaire afin de combler leurs lacunes et d’être à même d’aborder le secondaire avec des chances de réussite.

b.     premier degré du secondaire en trois ans

Afin d’aider au mieux les élèves à progresser dans le degré, diverses dispositions ont été mises en place :
–         en 1ère, les cours de français et de néerlandais se donnent par demi-classe à raison d’une heure/semaine.
–         les élèves de 1ère bénéficient d’une heure de remédiation par semaine en mathématique, afin de leur apprendre à gérer leur travail en la matière et de pouvoir mieux prendre en compte leurs grandes difficultés  dans ce domaine et remédier à leurs lacunes.
–         dans un souci de cohérence, sauf difficulté grave décelée par le conseil de classe, les élèves gardent la même activité au choix (scientifique, économique ou latine) durant les deux années du degré.
En fin de deuxième année du degré, les élèves sont orientés sur base des résultats obtenus et des capacités décelées par le conseil de classe.
Une troisième année dans le degré est conseillée aux élèves qui sont jugés aptes à aborder une deuxième commune ou troisième générale à condition de combler préalablement leurs lacunes.
Ces élèves sont répartis dans les différentes classes de première ou de deuxième (selon le cas) pour les cours généraux et bénéficient de quatre heures de remédiation et méthodes de travail en français et mathématiques.

4. Les mesures prises pour assurer la continuité d’un niveau scolaire à l’autre.

Des activités communes associent des élèves de classes et de niveaux différents (à la fois maternel, primaire et secondaire), selon les divers projets réalisés.
Une visite de l’école est organisée dans le courant de l’année pour les parents de maternelle qui rencontrent à cette occasion les institutrices de 1ère année.
Dans le courant de leur sixième primaire, les élèves sont invités à assister à plusieurs cours en secondaire (sciences, français, latin).  Si possible, une activité commune (visite d’exposition, par exemple) suivie de son exploitation est organisée conjointement pour les élèves de sixième primaire et de première secondaire.
Une réunion d’information est organisée fin mai à l’intention des parents de sixième primaire.
Une concertation est organisée entre les professeurs du troisième degré primaire et ceux du premier degré secondaire afin d’assurer la continuité entre les deux.
Cette concertation a notamment débouché sur la production d’un référentiel de français qui est utilisé par tous les élèves de la 5ème primaire à la 2ème secondaire afin de garantir la continuité des savoirs et savoir-faire en la matière.
Les trois premiers jours de la rentrée de septembre, un accueil spécifique est mis sur pied pour les élèves de première, afin de faire connaissance avec l’école.  Ils sont pris en charge par leur titulaire le premier jour et rencontrent tous leurs professeurs les deux autres jours pour que ceux-ci puissent leur faire connaître leurs objectifs, leurs exigences, les besoins en matériel.

5. Les mesures prises pour favoriser une orientation adéquate des élèves.

Les élèves de 6ème primaire visitent d’autres types d’écoles secondaires :
L’école de maréchalerie, une école d’hôtellerie, une école de boucherie, une école de
boulangerie.
Dans le courant de la deuxième année du premier degré secondaire les élèves visitent des sections technique et professionnelle dans un autre établissement de la communauté française où une information concernant les différentes options et filières de l’enseignement est réalisée en collaboration avec le centre PMS.
Au troisième degré secondaire, une information est organisée chaque année et diverses synergies peuvent être mises en place, exemple : projet « JEEP » en 6ème .
Les élèves de 6ème  ont aussi l’occasion de participer aux journées portes ouvertes de l’ULB ou de Hautes Écoles ou au Salon de l’Étudiant et ils disposent d’une documentation variée sur le sujet au CDI.
Des rencontres-débats seront organisées, notamment avec la participation d’anciens élèves, afin d’informer les élèves de 6ème des réalités des études supérieures et de l’engagement professionnel.
Les élèves de 4ème technique gestion bénéficient d’une semaine de stage de maturation vocationnelle en entreprise.
Les élèves du troisième degré technique bénéficient de stages en entreprise qui leur permettent de tester sur le terrain le bien-fondé de leur orientation.
Les élèves du 3ème degré général qui choisissent l’orientation à dominante scientifique sont tenus de suivre 1 période de physique en complément du cours de science.

6. Les mesures prises dans l’enseignement spécial pour favoriser l’intégration dans l’enseignement ordinaire des élèves pour lesquels l’enseignement ordinaire semble à ce moment plus indiqué

7. La politique de formation continue du personnel.

Dans la mesure du possible, la formation continue se fait en-dehors du temps de cours des élèves
Lorsque la nécessité de formations spécifiques se présente, des personnes ressources (CAF, …) peuvent être invitées à l’établissement.
De nombreuses ressources pédagogiques sont à disposition des enseignants par le biais d’Internet (site Restode, etc.), accessible soit à la médiathèque, soit au C.D.I. de l’Athénée, soit au local cybermédia.
Des enseignants du primaire participent à un projet européen « Comenius », amenant échanges de documents et rencontres entre enseignants de différents pays de la Communauté européenne.
Des enseignants du secondaire se sont engagés dans un nouveau projet Comenius sur le thème du développement de la conscience européenne et de la dimension multiculturelle.

8. L’utilisation  éventuelle des assouplissements organisationnels autorisés par le décret.

Dans la section fondamentale, afin de permettre l’organisation des leçons de natation à la piscine, une période/semaine est répartie sur cinq jours.
Afin de permettre une meilleure organisation de leurs activités, certains cours d’une heure/semaine se donnent à raison de deux heures/semaine tous les quinze jours dans la section secondaire :
–         en cinquième et sixième technique Tourisme, les cours d’histoire de l’art et de comptabilité générale.
–         Les cours de dessin et de musique sont soit semestrialisés soit alternés tous les 15 jours en 2ème année afin d’assurer des séances d’une heure de cours.

9. Les mesures particulières mise en oeuvre face aux élèves peu adaptés aux exigences de la vie scolaire.

Dans le cadre de la prévention de la violence, divers projets sont mis sur pied afin d’encourager les jeunes aux activités sportives comme aux activités culturelles.

Dans la section fondamentale :

Des conseils de classe et un conseil d’école sont mis sur pied pour écouter, répondre et
agir face aux demandes  de chacun et pour tenter de trouver des solutions aux
problèmes qui se présentent.
Des projets concrets sont mis sur pied pour éliminer la violence sous toutes ses formes
(verbale, physique, sonore, morale, …) en même temps que pour favoriser l’intégration
et l’autonomie de toutes et de tous.

Dans la section secondaire :

Lutte contre l’absentéisme et le décrochage scolaire.
L’équipe du Proviseur et des éducatrices exerce un suivi vigilant sur la régularité de la
fréquentation des cours par les élèves et assure une écoute de ceux-ci ainsi que le
contact avec leurs Parents afin de prévenir, dans toute la mesure du possible, les
problèmes éventuels ou de les résoudre, le cas échéant.
L’assistant social attaché à l’école dans le cadre des discriminations positives développe
son travail selon 2 axes :
–         celui de la prévention vise à discerner et a traiter rapidement l’expression des malaises scolaire en incluant les dimentions familiale et sociale afin d’éviter l’enclenchement de la spirale du décrochage.
–         Celui de la remédiation vise à maintenir un maximum « de portes ouvertes » pour évité qu’un sentiment ou une situation d’exclusion sociale ne vienne se greffer sur les difficultés scolaires.
L’ensemble des enseignants porte l’accent sur la motivation des élèves (notamment à
travers les activités et projets développés tout au long de ce document) et apporte une
vigilance soutenue au respect réciproque des règles de vie.