gatti de gamond1

L’historique

Au XIXe siècle les femmes ont bien une infériorité intellectuelle par rapport aux hommes mais elle n’est pas naturelle. Elle est due à un non accès à l’enseignement de qualité. A cette époque, les filles n’ont accès qu’aux pensionnats ou aux écoles privées pour suivre un enseignement rudimentaire. Une dizaine de pensionnats sont reconnus, en France,  pour former des institutrices. Ceci étant le niveau  le plus élevé d’instruction auquel les filles ont accès. La première féministe belge, Isabelle Gatti de Gamond, n’a pas échappé aux préjugés de l’époque. Elle a effectué une étude sur la condition sociale de la femme au 19ème siècle. L’éducation et l’enseignement de qualité sont les conditions nécessaires pour l’émancipation de la femme. Gatti de Gamond lutte pour cette émancipation en lançant une attaque, en 1862, dans sa revue  » Éducation des femmes « .  Elle fonde en 1864, la première école moyenne pour les filles à Bruxelles avec l’aide de politiciens et de penseurs. D’autres villes et communes évoluent dans le même sens. Les écoles catholiques améliorent leur enseignement. L’enseignement secondaire pour les filles sera réglementé en 1879. La première école professionnelle pour les filles a aussi a été fondée à Bruxelles.